Outils pour utilisateurs

Outils du site


recherche:conf:ciel:traductologie-plein-champ:3eme_edition

CLILLAC-ARP

De la localisation à la délocalisation

Troisième journée de la traductologie de plein champ

Programme

8h45 : Accueil

9h00 : Ouverture des travaux : De la localisation à la délocalisation, Nicolas Frœliger

Présidente de séance pour la matinée : Elisabeth Lavault-Olléon

9h20 : La traduction, phénomène interculturel et psycho-relationnel, Jean-René Ladmiral

10h00 : « Tout un monde d’évasion » : Adapter les romans sentimentaux à un lectorat français, Maïca Sanconie

10h40-10h59 : pause

11h00 : Les noms des animaux et les difficultés de leur traduction, Pierre Avenas et Henriette Walter

11h40 : Comparaison des discours sur le tabagisme : du global au local, Mathieu Valette

12h30-14h14 : Pause déjeuner

Président de séance pour l'après-midi : Philippe Rothstein

14h15 : La photographie d'architecture, un art de la traduction ?, Julie Noirot

14h55 : Les enjeux professionnels de la localisation, Carmelo Cancio

15h35-15h55 : pause

15h55 : Des politiques de la traduction au sein des collectivités locales britanniques, Vanessa Leclercq

16h35 : Translators Question Time/La parole aux traducteurs : Évolution des marchés nationaux à l’heure de la mondialisation

18h00 : Fin des travaux

Pour plus d’informations : Nicolas Frœliger, nf@eila.univ-paris-diderot.fr

Manifeste

À rebours de ceux qui pensent que la traduction est une pure affaire de langues, nous observons que cette activité est de plus en plus traversée et mise en cause par des considérations spatiales. Évolution des métiers, qui amène certains à remettre en question la validité du terme même de traduction ; reconfiguration du marché sous les effets, réels ou fantasmés, de la mondialisation, de l'émergence de nouveaux acteurs étatiques et des avancées technologiques ; nécessité — et risques — de s’adresser à un public cible non seulement dans sa langue, mais aussi dans son imaginaire : la notion de territoire — et les enjeux de la déterritorialisation — sont partout dans cette activité. C’est dans cette optique que cette troisième Journée de la traductologie de plein champ entend envisager de quelles manières la composante territoriale peut influer sur la traduction en tant que pratique et en tant que produit. Fidèle à ses principes fondateurs, elle le fera dans un espace réunissant enseignants, chercheurs, étudiants et surtout praticiens des métiers de la traduction, avec l’ambition réaffirmée d’être à la fois savants, compréhensibles et utiles, en mettant l’accent sur les exemples, le débat et la mise en perspective. Comme en 2007, cette journée sera couplée avec une journée Traductologie et discours spécialisés organisée par l’École normale supérieure de Cachan et l’Université Paris Diderot le 11 septembre.

Le fruit de nos travaux fera l'objet d'une publication (sans doute sous forme d'un numéro spécial de Meta). Dans l'optique de cette publication, nous sommes prêts à examiner toute proposition de contribution (en anglais ou en français) s'inscrivant dans la logique du manifeste ci-dessus. Merci d'adresser votre proposition (500 mots, en anglais ou en français, au format Word ou Open Office), à Nicolas Frœliger : nf@eila.univ-paris-diderot.fr pour le dimanche 5 juillet 2009 au plus tard.

recherche/conf/ciel/traductologie-plein-champ/3eme_edition.txt · Dernière modification: 2009/10/21 09:57 par Pascal Cabaud