Outils pour utilisateurs

Outils du site


recherche:conf:ciel:traductologie-plein-champ:index

CLILLAC-ARP

Colloques « Traductologie de plein champ »

Contact scientifique : Nicolas Frœliger

Prochaine manifestation : Des unités de traduction à l'unité de la traduction, colloque international, le 8 juillet 2017 à Paris (Université Paris Diderot), le 21 octobre 2017 à Bruxelles (ISTI) et le 9 décembre 2017 à Genève (FTI), sous la direction de Nicolas Frœliger, Lance Hewson et Christian Balliu.

Publication imminente (juin 2016) : des_zones_d_incertitude_en_traduction-appel_a_communications.pdf, colloque international, le 20 septembre 2014 à Bruxelles (ISTI), le 12 décembre 2014 à Paris et le 17 janvier 2015 à Genève (FTI), sous la direction de Nicolas Frœliger, Lance Hewson et Christian Balliu. A paraître dans la revue Meta, 2016, vol. 61, n°1.

Publications antérieures

Pourquoi de plein champ ? Cette appellation ne tient pas à un quelconque amour pour les organismes génétiquement modifiés. Nous l'avons choisie parce que nous pensons, pour paraphraser Claudie Juilliard, fondatrice du master professionnel ILTS et terminologue émérite, qu’on ne peut pas faire de traductologie hors sol. Nous ne voulons pas d’une théorisation qui soit sans rapport avec le réel et la pratique. Cette appellation a, en 2011, été reprise selon les mêmes principes par nos collègues du master pro CDMM pour lancer la « Communication technique de plein champ ».

Cette traductologie telle que nous l’entendons s’adresse donc à la fois aux chercheurs, à tous ceux qui enseignent et exercent les métiers de la traduction, et à ceux — les étudiants — qui les pratiqueront et les enseigneront demain, avant, peut-être, d'opter eux-aussi pour la recherche. Nous voulons insister sur la continuité qui nous semble évidente entre ces différents avatars. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes fixé un certain nombre de principes :

  • Soucieux d’être à la fois savants, compréhensibles et utiles, nous mettrons l’accent sur les exemples, le débat et la mise en perspective.
  • Nous nous donnons pour règle de ne rien dire devant des enseignants et chercheurs que l’on ne pense pouvoir dire avec autant d’intérêt à des étudiants et professionnels.
  • Parce que la traduction est faite de diversité, nous souhaitons faire dialoguer des spécialistes de différents domaines du savoir, de différentes pratiques connexes à la traduction proprement dite. Sans rien abdiquer des règles de la rigueur scientifique, nous ne voulons pas travailler en circuit fermé : nous voulons que les communautés se connaissent et se rencontrent.
  • Pour autant, nous pensons que la traduction pragmatique (celle dont la visée première est la communication) diffère de la traduction littéraire — et nous estimons que la première ne doit pas sous-traiter sa réflexion à la seconde, ce qui est pourtant souvent le cas. Elle doit être à même de dégager sa propre positivité et de réfléchir sur ses propres bases.

La Traductologie de plein champ a début sous forme de journées d'études (les trois premières éditions), avant de prendre celle du colloque (quatrième édition), puis, depuis 2014, de colloques internationaux, coorganisés sur trois capitales de la traductologie, en l'occurrence, par Nicolas Froeliger (université Paris Diderot), Lance Hewson (Faculté de traduction et d'interprétation/Université de Genève) et Christian Balliu (ISTI/Université libre de Bruxelles). Chacune de ces manifestations a, comme il se doit, été prolongée par une publication.

Nos partenaires

Sachant que la recherche sur la traduction n'a qu'un intérêt modéré en l'absence de traducteurs, nous avons l'honneur et l'avantage de mener depuis le début ces réflexions en pleine coopération avec la Société française des traducteurs (SFT).

La troisième édition a été dirigée en commun avec Jean-René Ladmiral. Pour la quatrième, nous avons choisi de nous associer avec l'ESIT (Ecole supérieure d'interprètes et de traducteurs, Université La Sorbonne nouvelle, Paris III) ESIT. La cinquième (2013) et la sixième (2014-2015) innovent par leur répartition sur trois lieux, eux-mêmes sièges de formations prestigieuses aux métiers de la traduction : le le master professionnel ILTS à Paris, la Faculté de traduction et d'interprétation (ex-ETI) à Genève et l'Institut supérieur de traducteurs et interprètes (ISTI) à Bruxelles.

Éditions

recherche/conf/ciel/traductologie-plein-champ/index.txt · Dernière modification: 2016/06/28 12:00 par Nicolas Froeliger