Outils pour utilisateurs

Outils du site


recherche:conf:ciel:traductologie-plein-champ:index

CLILLAC-ARP

Colloques « Traductologie de plein champ »

Contact scientifique : Nicolas Frœliger

Prochaine manifestation : Des unités de traduction à l'unité de la traduction, colloque international, le 7 juillet 2017 à Paris (Université Paris Diderot), le 21 octobre 2017 à Bruxelles (ISTI) et le 9 décembre 2017 à Genève (FTI), sous la direction de Nicolas Frœliger, Lance Hewson et Christian Balliu. Voir ci-dessous. AAC.

Publication imminente (juin 2016) : des_zones_d_incertitude_en_traduction-appel_a_communications.pdf, colloque international, le 20 septembre 2014 à Bruxelles (ISTI), le 12 décembre 2014 à Paris et le 17 janvier 2015 à Genève (FTI), sous la direction de Nicolas Frœliger, Lance Hewson et Christian Balliu. A paraître dans la revue Meta, 2016, vol. 61, n°1.

Appel à communications de l'édition 2017 : Des unités de traduction à l'unité de la traduction

Nicolas Froeliger (Université Paris Diderot/Paris), Christian Balliu (Département Traduction-Interprétation, ULB), Lance Hewson (FTI/Genève)

Appel à communications

Colloque international :

- Paris, le vendredi 7 juillet 2017 - Bruxelles, le samedi 21 octobre 2017 - Genève, le samedi 9 décembre 2017

La traductologie évolue. C’est normal et souhaitable, dans la mesure où il s’agit d’une discipline jeune sur le plan universitaire, qui plonge ses racines dans des métiers eux-mêmes en plein bouillonnement, et qui hésite encore sur sa place dans le champ de la recherche. Cette évolution l’amène à affiner ses concepts, voire à en remiser certains (la trahison, la fidélité, et même l’équivalence…). Un schéma, assez classique, se dessine dans cette progression : nous voyons se succéder des tentatives partielles et jamais pleinement satisfaisantes pour obtenir une prise plus nette sur le réel, au risque de nous éloigner de la simplicité. Ce qui conduit à s'interroger sur le degré d'abstraction nécessaire pour arriver à être pertinent dans notre domaine comme dans les autres – et donc sur la part qui doit revenir à la recherche et aux tentatives de théorisation.

Il en va ainsi de la descendance d’un concept datant des années cinquante du XXe siècle. Postulées par Jean-Paul Vinay et Jean Darbelnet (1958), les unités de traduction ont eu pour mérite essentiel de faire comprendre que le plus petit élément pertinent en traduction n’était pas le mot. Deux décennies plus tard, la théorie interprétative (Danica Seleskovitch et Marianne Lederer) leur a préféré la notion d’unités de sens, apportant ainsi une composante cognitive et communicationnelle à la problématique. Une quinzaine d’années plus tard, encore, sont arrivés les culturèmes, avec (faut-il s’en étonner ?) le tournant culturel et les fonctionnalistes (Hans Vermeer, Heidrun Witte, Christiane Nord…). Et demain ?

Qu’on l’aborde à travers un prisme linguistique, sémantique, communicationnel ou interculturel, le problème, à chaque fois, est le même : quelle doit être la taille des grains qui doivent retenir l’attention du traducteur (et, de plus en plus, de la machine) pour parvenir à un texte cible fonctionnel dans les meilleures conditions ?

Ce concept de granularité se recoupe avec d’autres, de nature essentiellement épistémologiques : que gagne-t-on et que risque-t-on à occulter en abordant les phénomènes traductifs plutôt sous l’angle de la régularité (comme le fait par exemple la traduction automatique) ou sous celui de la singularité (comme c’est généralement le cas en traduction littéraire, mais pas uniquement) ? Sur quoi faut-il concentrer notre attention de traducteurs, de formateurs, de chercheurs : le microscopique ou le macroscopique ? À partir de quel moment une traduction devient-elle un texte ?

En outre, le mot traduction lui-même ayant pris, avec la montée de l’informatique et d’Internet, une extension qu’il n’avait pas auparavant, cette question se trouve également posée dans un certain nombre de domaines qui, tous, viennent informer la traductologie : terminologie, phraséologie, rédaction/communication technique, traduction automatique ou assistée par ordinateur, etc.

Des unités de traduction, on en vient ainsi à s’interroger sur l’unité de la traduction, en tant que profession, à laquelle donnent accès (entre autres) des diplômes, avec des instances régulatrices (institutions, associations…) et un rôle social, reconnu ou pas (en tout cas, pas encore assez). Et l’étape suivante de ce questionnement est celui sur l’unité de la traductologie : qu’est-ce qui nous unit ; qu’est-ce qui pourrait nous séparer ; pourquoi ; à quelles conditions ; avec quels enjeux ? Un exemple parmi d’autres : faut-il intégrer les techniques d’investigation médicales à une démarche visant à mieux cerner les processus cognitifs à l’œuvre en traduction ?

Chacun aura compris que les réponses apportées à cette question, parfois d’une manière qui se voudrait définitive mais n’est qu’individuelle, sont assez disparates – ce qui en fait un bon sujet de colloque : ne nous réunissons pas parce que nous sommes d’accord, mais pour confronter nos arguments. Et peut-être, ainsi, parviendrons-nous à faire progresser notre connaissance du domaine traductif et traductologique.

Cette septième édition de la traductologie de plein champ reprendra le modus operandi des deux précédentes, c'est-à-dire avec un découpage en trois journées distinctes et coordonnées, qui seront organisées respectivement

- le vendredi 7 juillet 2017, à l’Université Paris Diderot, en lien avec le master pro ILTS (Industrie de la langue et traduction spécialisée), le laboratoire CLILLAC-ARP et le Centre d’études de la traduction ; - le samedi 21 octobre 2017 à l’ULB (Département Traduction-Interprétation, Faculté de Lettres, Traduction et Communication) ; - le samedi 9 décembre 2017 à la FTI (Faculté de traduction et d’interprétation – Université de Genève).

Cette pluralité géographique vise à procurer un effet cumulatif, la deuxième et la troisième journée s’ouvrant sur les acquis de la ou des précédentes. Chacune des journées de ce colloque international aura en outre lieu en liaison avec la ou les organisations professionnelles les plus représentatives du pays considéré, avec un passage de relais de l’une à l’autre. Après évaluation par des pairs, les meilleurs articles de ce colloque seront publiés en 2018 dans la revue Équivalences.

Merci d’envoyer vos propositions de communications (500 mots maximum), en anglais ou en français, langues de ce colloque, au plus tard le 30 novembre 2016, en précisant vos préférences et vos impossibilités quant aux trois dates prévues, aux trois adresses suivantes :

Nicolas Froeliger : nf@eila.univ-paris-diderot.fr Christian Balliu : christian.balliu@ulb.ac.be Lance Hewson : Lance.Hewson@unige.ch

Une réponse sera donnée début janvier 2017, et la répartition entre les trois journées sera assurée par les organisateurs du colloque.

Page web de la Traductologie de plein champ : http://www.eila.univ-paris-diderot.fr/recherche/conf/ciel/traductologie-plein-champ/index

Publications antérieures

Pourquoi de plein champ ? Cette appellation ne tient pas à un quelconque amour pour les organismes génétiquement modifiés. Nous l'avons choisie parce que nous pensons, pour paraphraser Claudie Juilliard, fondatrice du master professionnel ILTS et terminologue émérite, qu’on ne peut pas faire de traductologie hors sol. Nous ne voulons pas d’une théorisation qui soit sans rapport avec le réel et la pratique. Cette appellation a, en 2011, été reprise selon les mêmes principes par nos collègues du master pro CDMM pour lancer la « Communication technique de plein champ ».

Cette traductologie telle que nous l’entendons s’adresse donc à la fois aux chercheurs, à tous ceux qui enseignent et exercent les métiers de la traduction, et à ceux — les étudiants — qui les pratiqueront et les enseigneront demain, avant, peut-être, d'opter eux-aussi pour la recherche. Nous voulons insister sur la continuité qui nous semble évidente entre ces différents avatars. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes fixé un certain nombre de principes :

  • Soucieux d’être à la fois savants, compréhensibles et utiles, nous mettrons l’accent sur les exemples, le débat et la mise en perspective.
  • Nous nous donnons pour règle de ne rien dire devant des enseignants et chercheurs que l’on ne pense pouvoir dire avec autant d’intérêt à des étudiants et professionnels.
  • Parce que la traduction est faite de diversité, nous souhaitons faire dialoguer des spécialistes de différents domaines du savoir, de différentes pratiques connexes à la traduction proprement dite. Sans rien abdiquer des règles de la rigueur scientifique, nous ne voulons pas travailler en circuit fermé : nous voulons que les communautés se connaissent et se rencontrent.
  • Pour autant, nous pensons que la traduction pragmatique (celle dont la visée première est la communication) diffère de la traduction littéraire — et nous estimons que la première ne doit pas sous-traiter sa réflexion à la seconde, ce qui est pourtant souvent le cas. Elle doit être à même de dégager sa propre positivité et de réfléchir sur ses propres bases.

La Traductologie de plein champ a début sous forme de journées d'études (les trois premières éditions), avant de prendre celle du colloque (quatrième édition), puis, depuis 2014, de colloques internationaux, coorganisés sur trois capitales de la traductologie, en l'occurrence, par Nicolas Froeliger (université Paris Diderot), Lance Hewson (Faculté de traduction et d'interprétation/Université de Genève) et Christian Balliu (ISTI/Université libre de Bruxelles). Chacune de ces manifestations a, comme il se doit, été prolongée par une publication.

Nos partenaires

Sachant que la recherche sur la traduction n'a qu'un intérêt modéré en l'absence de traducteurs, nous avons l'honneur et l'avantage de mener depuis le début ces réflexions en pleine coopération avec la Société française des traducteurs (SFT).

La troisième édition a été dirigée en commun avec Jean-René Ladmiral. Pour la quatrième, nous avons choisi de nous associer avec l'ESIT (Ecole supérieure d'interprètes et de traducteurs, Université La Sorbonne nouvelle, Paris III) ESIT. La cinquième (2013) et la sixième (2014-2015) innovent par leur répartition sur trois lieux, eux-mêmes sièges de formations prestigieuses aux métiers de la traduction : le le master professionnel ILTS à Paris, la Faculté de traduction et d'interprétation (ex-ETI) à Genève et l'Institut supérieur de traducteurs et interprètes (ISTI) à Bruxelles.

Éditions

recherche/conf/ciel/traductologie-plein-champ/index.txt · Dernière modification: 2016/07/11 10:38 par Nicolas Froeliger