Outils pour utilisateurs

Outils du site


user:mojca_pecman:citations

Citations

  • Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies.

Montaigne, Les Essais, Livre I, chapitre 26 : De l’éducation des enfants.

  • Le langage est la forme d’art la plus puissante et la plus étendue que nous connaissions, c’est le travail gigantesque et anonyme des générations inconscientes. (Edward Sapir 1961 : 265)

Sapir, Edward (2001[1921]) Le langage : introduction à l’étude de la parole. Paris : Éditions Payot et Rivages.

  • Le “sens” est le rêve des insensés.

Pascal Quignard, Petits traités, I, xi, p. 217.

  • Language cannot be invented; it can only be captured. (Sinclair, 1997: 31)

Sinclair, J. (1997), Corpus Evidence in Language Description. In Wichmann, A et al (Eds.), Teaching and Language Corpora. (pp. 27-39)

  • Si le lexicologue moderne a quelques avantages sur ses prédécesseurs, c’est dans la mesure où, à travers tout ce qu’il connaît, il commence à prendre conscience de tout ce qu’il ignore. (Pierre Guiraud 1961 : 109)

Guiraud, Pierre (1961), Les locutions françaises, Paris : PUF, coll. Que sais-je ?

  • […] nous nous trouvons peut-être aujourd’hui dans une situation où trop de théories se nourrissent de trop peu de faits, vus de trop loin. (Georges Mounin 1984)

Mounin, Georges (1984) Linguistique, Objet et méthodes. In Encyclopaedia Universalis.

  • La science est un discours ; qui passe cette condition sous silence risque fort de ne s’y plus retrouver. Si l’on néglige en effet cet aspect de la science, il ne reste plus qu’un ensemble de techniques, ou plus exactement que des suites de gestes mal liés, efficaces peut-être, mais stationnaires, ne proposant rien à l’esprit qu’une imitation exacte et servile, ne portant en eux-mêmes aucune force d’expansion et de progrès. (Gilles Gaston Granger 1967 : 21)

Granger, Gilles-Gaston (1967), Pensée formelle et sciences de l’homme, Paris : Aubier-Montaigne.

  • We have inherited from our forefathers the keen longing for unified, all-embracing knowledge. The very name given to the highest institutions of learning reminds us, that from antiquity and throughout many centuries the universal aspect has been the only one to be given full credit. But the spread, both in width and depth, of the multifarious branches of knowledge during the last hundred odd years has confronted us with a queer dilemma. We feel clearly that we are only now beginning to acquire reliable material for welding together the sum total of all that is known into a whole; but, on the other hand, it has become next to impossible for a single mind fully to command more than a small specialized portion of it. I can see no other escape from this dilemma (lest our true aim be lost forever) than that some of us should venture to embark on a synthesis of facts and theories, albeit with second-hand and incomplete knowledge of some of them - and at the risk of making fools of ourselves. (Erwin Schrödinger 1944)

Schrödinger, Erwin (1986[1944]) Foreword to What is life? : the physical aspect of the living cell & mind and matter Cambridge/New York/Melbourne/etc.: Cambridge University Press.

  • Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d’entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer mais essayons comme même.

Edmond Wells
Encyclopédie du savoir relatif et absolu

user/mojca_pecman/citations.txt · Dernière modification: 2015/09/21 14:18 par Mojca Pecman