Outils pour utilisateurs

Outils du site


user:yamina_abdallahi:termino:consignes-etudiants

Consignes concernant les bases terminologiques

Les tables communes

Les tables communes, dites tables « sql », sont des tables qui ne peuvent être directement renseignées par les étudiants pour que les données soient prises en compte dans BasTeT (Base Terminologique d'aide à la Traduction).

Codes de la table des intervenants

Consignes générales :

C'est dans la table intervenant que figureront les personnes contribuant à la conception du mémoire de terminologie, à savoir l'étudiant et les experts qui interviennent dans la validation de ses fiches terminologiques. Il y a un certain nombre de champs à renseigner pour obtenir un code intervenant (tous ne figurent pas sur la page web pour des raisons de confidentialité des données) :

  • Nom de l'intervenant,
  • Prénom de l'intervenant,
  • courriel de l'intervenant : celui utilisé lors des échanges avec lui (en général son mail « professionnel »),
  • titre de l'intervenant : correspond (dans la mesure du possible) à l'intitulé « officiel » de sa fonction/profession. Par exemple, un enseignant en biologie (la fonction) peut être un Maître de Conférence ou un Professeur de biologie cellulaire (le titre). On peut être chercheur CNRS et travailler dans le laboratoire d'une université… Bref, l'idée est d'être le plus précis possible.
  • institution de l'intervenant : correspond au « lieu » de travail de l'intervenant. Il peut s'agir d'une entreprise (on essaiera alors de préciser le service dans lequel travaille l'intervenant), d'une université (même chose, on essaiera de préciser le plus possible s'il s'agit d'une UFR, d'un laboratoire, d'un institut…), d'un laboratoire de recherche (dont on précisera l'intitulé et l'organisme dont il dépend)… Par exemple :
    • Service des Ressources Humaines (nom du service), Entreprise Aventis (nom de l'institution) ;
    • Laboratoire de recherche sur le Changement social (nom du « service »), UFR LSH (nom de l'UFR de rattachement), Université Denis Diderot (nom de l'institution proprement dite) ;
    • Unité Mixte INSERM/UJF 594 - « Neuroimagerie Fonctionnelle et Métabolique »
  • adresse de l'institution : il s'agit, en général, de l'adresse professionnelle de l'intervenant et correspond, le plus souvent, à celle de l'institution. S'il s'agit d'une adresse étrangère, on précisera le pays.
  • numéro de téléphone : numéro de téléphone professionnel, s'il existe.
  • numéro de téléphone 2 : à utiliser lorsque l'on dispose d'un second numéro de fixe, d'un numéro de portable, de fax…

Et bien sûr :

  • numéro de l'intervenant (attribué de façon automatique) : ce n'est pas l'étudiant qui choisit ce numéro, il est déterminé par une procédure de numérotation automatique. Lorsque sont communiquées les coordonnées d'un nouvel intervenant, l'étudiant est informé du numéro qui lui a été attribué. Par ailleurs, il s'affiche alors automatiquement sur la page web (première colonne du tableau « intervenant »).

Bien entendu, les informations sont d'abord celles dont l'étudiant dispose et que l'intervenant a accepté de communiquer, les informations indispensables étant les nom, prénom, titre et institution.

Une vue partielle de la table est visible ici :
https://wall.eila.univ-paris-diderot.fr/bastet/priv/codesinterv.cgi

Réponses aux questions les plus fréquentes :

Pour la liste des intervenants avec les codes que vous nous avez envoyés faut-il tous les mettre et effacer les autres ou les mettre à la suite ?

Soit l'intervenant figure dans la table et il faut utiliser le code disponible, soit il ne figure pas et il faut communiquer le nom (et les coordonnées) de l'intervenant pour qu'il soit ajouté et qu'un code lui soit attribué. Après, il suffit d'utiliser le dit code.

Codes de la table des domaines

Consignes générales :

Il suffit de consulter la CDU (Classification Décimale Universelle) qui sert de nomenclature de classement à la plupart des bibliothèques (universitaires ou non). La version utilisée est celle de 2004. Plusieurs exemplaires « papiers » de cette nomenclature sont disponibles à la Bibliothèque universitaire de l'université (ils sont uniquement consultables sur place). De plus, un exemplaire est disponible à l'UFR EILA (à demander au secrétariat du Master).

Il est aussi possible d'en consulter une partie ici : https://wall.eila.univ-paris-diderot.fr/bastet/priv/codesdomaine.cgi

Dans tous les cas de figure, il faut communiquer le code CDU et son intitulé lorsqu'il est choisi. En effet :

  • tous les codes CDU ne figurent pas encore dans la base (il faut donc pouvoir la compléter pour que les intitulés puissent s'afficher),
  • certains intitulés ou codes figurant déjà dans la base peuvent contenir des erreurs (qu'il faut donc pouvoir corriger).

Le code sera alors celui de la CDU. Par exemple :

339.7 Finances internationales
339.73 Organisation des paiements internationaux. Compensations, règlements.

Cela signifie que le domaine « Organisation des paiements internationaux. Compensations, règlements. » est une subdivision du domaine « Finances internationales ». Son code dans la CDU est 339.73, celui du domaine supérieur (et donc plus général) est 339.7.

Si l'on choisit de retenir comme domaine le 339.73, le code domaine de la base sera 339.73 (identique donc à celui de la CDU) ; si l'on choisit le domaine supérieur, son code sera 339.7.

Réponses aux questions les plus fréquentes :

Remarque : le type du champ « num_domaine » est « texte » (varchar dans PostgreSQL) car les codes de la CDU peuvent contenir des « / » et des « : » (ces derniers sont à éviter néanmoins).

Pour les domaines, dans la table il y a des domaines mais je ne sais pas si je peux les effacer pour y mettre les miens à la place ou si je dois mettre mes domaines à la suite de ceux-ci ?

La table des domaines fait référence à la CDU (Classification Décimale Universelle), autrement dit la classification utilisée par la bibliothèque de Paris 7 (l'essentiel des Bibliothèques Universitaires en vérité). La table qui contient ces domaines est une table commune, complétée au fur et à mesure des besoins. Les étudiants ne doivent donc faire figurer que leurs codes et intitulés (qu'ils doivent choisir dans le fascicule de la CDU). Ils doivent, avant cela, les communiquer à bastet@eila.univ-paris-diderot.fr pour qu'ils soient ajoutés dans la table commune (s'ils n'y figurent pas déjà). Ils utiliseront alors les codes en question dans leurs autres tables.

J'ai 3 domaines en anglais et en espagnol. Est-ce que je peux introduire 6 domaines ?

Dans la mesure où nous avons choisi de respecter la « Classification Décimale Universelle » (CDU), les intitulés de domaines (quelle que soit la langue) doivent respecter la version française de la CDU. Cela dit, la nomenclature CDU étant universelle (à l'origine, elle est rédigée en anglais puis traduite dans les autres langues), les codes sont les mêmes pour toutes les langues.

Par conséquent :

  • l'étudiant doit d'abord consulter la CDU en français et déterminer à quel domaines de la CDU correspondent les siens.
  • il n'a pas besoin d'avoir 2 domaines « équivalents » en anglais et en espagnol.
Je m'interroge concernant le code de mon domaine : mon sujet est à l'interface de la géophysique (donc ''550.3'' selon la CDU) et de la météorologie/climatologie (donc ''551.5'' selon la CDU). Quel code dois-je donc prendre ?

Il s'agit ici d'un véritable choix terminologique, que l'étudiant doit faire lui-même en fonction des objectifs du mémoire.

Quelques pistes cependant :

  1. Descendre dans la hiérarchie de la CDU. La plupart du temps, un code à un chiffre après la virgule suffit (tels que 550.3 et 551.5 justement) mais parfois non. En allant chercher des références de type 550.51 « Atmosphère » ou 551.511 « Chimie de l'atmosphère », il est possible de trouver celui qui convient. Pour cela, il faut consulter la nomenclature de la CDU. Ne pas hésiter, d'ailleurs, à demander conseil aux enseignants, experts ou documentalistes.
  2. Il faut se demander s'il n'y a pas un domaine « dominant » (ce qui revient à demander quel est le domaine « premier »). Si on se réfère au sujet du mémoire, quel est le domaine prioritaire ? Evidemment, la réponse à cette question n'est pas toujours simple voire tout simplement impossible.
  3. Regarder les références des sources (articles sélectionnés, ouvrages…) et surtout leur classement CDU : il figure souvent dans les bases de données d'articles scientifiques, l'ouvrage/revue lui(elle)-même (en général en 2 ou 3ème page de l'ouvrage avec l'année d'édition ou en toute fin avec l'ISBN), les catalogues de bibliothèques universitaires… Cela peut permettre de mieux cerner le domaine (le cas simple étant celui où toutes les sources s'avèrent classées dans le même domaine).
  4. Différencier les domaines en fonction des termes : rien n' oblige à n'avoir qu'un seul domaine dans votre mémoire (il ne peut, pas contre, y avoir qu'un domaine par terme). Lorsque l'on est dans ce type de situation, on peut essayer de définir plusieurs domaines (en évitant de les multiplier pour ne pas s'y perdre).
Mon sujet porte sur les effets des hormones sur les sportifs. Comment dois-je choisir mon domaine ?

Il s'agit, ici aussi, d'un choix terminologique de l'étudiant. Regardons-le de plus près :

Si on choisit comme domaine le 796:61, c'est que l'on fait le raisonnement suivant :

On « pense » que le sujet (du moins certains de des termes), relève(nt) du domaine des « Divertissements, jeux et sports » (79) et plus particulièrement du domaine du sport (796). Le sujet concerne donc d'abord le sport.
Pour préciser de quel aspect du sport il s'agit (c'est les « : » qui introduisent l'aspect en question), on ajoute une information : il s'agit de l'aspect « Médical » du sport (le 61 correspondant au code de la Médecine).
Autrement dit, on considère que ce domaine (le 796:61) est un sous-domaine du sport (le 796), lui-même sous-domaine des divertissements… (le 79). C'est ce que transcrit la hiérarchie suivante :

79 Divertissements. Jeux. Sports
796 Sports
796:61 Médecine en sciences du sport et de l'éducation physique

Cela veut donc dire que le domaine sportif est, en quelque sorte, prioritaire sur celui de la médecine.

Si, par contre, on choisit le domaine 618.988, c'est que l'on considère que l'aspect médical de votre domaine est prioritaire sur celui du sport, comme le dit la hiérarchie suivante :

61 Médecine
618.98 Médecine par types d'activités et d'environnements
618.988 Médecine du sport

Dans le 2ème cas, le raisonnement est sensiblement différent. Pire, s'agissant de l'étude des stéroïdes, on peut vouloir le classer dans le domaine de la toxicologie (auquel cas c'est le caractère toxique de la substance qui prime) :

613 Hygiène. Santé. Beauté
613.8 Toxicologie : alcoolisme, drogues, tabagisme

etc.

À partir du moment où sont déterminés les différents domaines possibles, plusieurs cas de figure :

  • un domaine unique se dégage : le choix est alors simple et il vaudra pour l'ensemble du mémoire,
  • plusieurs domaines sont valides : il faudra utiliser plusieurs domaines pour chaque aspect du mémoire.
J'ai trouvé des codes dans la classification Dewey. Est-elle équivalente à la CDU ?

Non. Il s'agit d'une nomenclature différente, la « Dewey ». Même si elles ont la même origine, les codes de la Dewey et de la CDU sont sensiblement différents.

Codes de la table sujet

C'est le plus facile. Il suffit de communiquer l'intitulé du sujet (si possible lorsqu'il devient définitif). L'étudiant est ensuite informé du code qui lui a été attribué (procédure automatique là aussi). Il s'affiche automatiquement sur la page web dans le tableau sujet. S'il est modifié par la suite, l'étudiant doit communiquer le nouvel intitulé (pour qu'il soit corrigé dans la base) mais le code ne change pas.

Remarque : Ne pas confondre le sujet avec le/les domaine(s). Il s'agit ici du sujet choisi pour le mémoire et qui est assimilé au titre choisi par l'étudiant.

Tables des bases étudiantes

Table des sources

Voici tous les champs qui doivent être renseignés concernant les sources :

user/yamina_abdallahi/termino/consignes-etudiants.txt · Dernière modification: 2009/02/26 23:39 par Yamina Abdallahi