Outils pour utilisateurs

Outils du site


user:mojca_pecman:terminologie_master_2_pro:terminom2_faq

Foire aux questions

Lancer son projet de Mémoire

  • Si j’ai bien compris, il nous faut, avant la fin septembre, trouver un texte sur Internet qui n’ait pas été traduit, et qui sera l’objet de notre mémoire. Le titre du texte sera-t-il le sujet du mémoire ?

oui (sauf où le titre est très long, complexe et précis et où on fera l'effort de le simplifier)

  • S’il est nécessaire de trouver d’autres textes en langue source et en langue cible qui traitent du même sujet, c’est pour nous aider dans l’élaboration de la terminologie du mémoire n’est-ce pas ?

exactement

  • Pourriez-vous me clarifier la différence qu’il existe entre l’étape de la recherche documentaire et celle de la terminologie ?

les deux sont fortement liés mais la recherche documentaire précède en quelque sorte l'étape d'analyse et de traitement terminlogique puisqu'elle permet de récolter des sources qui serviront à faire le relevé des termes, des contextes, et d'autres informations nécessaires pour la construction du dictionnaire terminologiques; néanmoins, pour localiser ces sources vous avez besoin des mots clés du domaine qui ne sont autre chose que des termes; donc c'est une peu circulaire comme procédure et ce le sera tout au long de la réalisation de votre mémoire de Master entre les trois composantes: recherche documentaire, terminologie, traduction

  • Je compte bien entendu m’atteler à la lecture d’au moins un des ouvrages de la bibliographie que vous nous avez soumise afin d’y voir plus clair. Toutefois, pensez-vous qu’il serait possible que nous nous rencontrions avant les soutenances de septembre afin que vous m’éclairiez un peu concernant la marche à suivre pour rédiger ce mémoire ?

malheureusement, je suis très occupée par la correction des mémoires de la promotion sortante mais je vous conseille de découvrir par exemple quelques mémoires en lignes, notamment les protocoles de recherche documentaire pour commencer :

Mémoires d'étudiants

et surtout le protocole de Valérie Carding que vous trouverez sur cette page et qui explique bien la méthodologie de travail :

Effets sur la santé de la pollution de l’air intérieur en milieu non industriel, par Valérie Carding, Master ILTS mention TS, 2009-2010.Protocole de recherche documentaire, bibliographie, protocole terminologique.

Enfin, vous verrez, dès les premiers cours de terminologique, de recherche documentaire, de traduction, etc. tout sera plus clair.

A propos du projet Access

  • Nous ne sommes pas tout à fait sûrs des consignes à suivre concernant le travail à faire sur Access.En effet, sur la page du tutoriel (qu'il s'agisse de celui d'Access 2003 ou d'Access 2007), il est laissé à penser que le projet final à réaliser est différent selon que l'on ait atteint le niveau 1 ou le niveau 2 du tutoriel. Or, sur la page de l'Ufr suivante : ILTS Master 2 - TERMINOLOGIE - Projet Access il n'y a qu'un seul projet évoqué pour tout le monde, sans qu'il soit précisé s'il est nécessaire d'avoir complété les deux niveaux du tutoriel, ou seulement le premier.

Vous devez tous réaliser une base terminologique selon les indications données sur la page que vous citez. Il s'agit donc bien d'un projet de conception d'une base de données terminologique, et non pas d'un projet de base sur un sujet au choix, et ça que vous ayez atteint le niveau 1 ou le niveau 2. En effet, vous serez en mesure de réaliser un tel projet après avoir terminé le niveau 1. Le niveau 2 vous permettra de découvrir plus spécifiquement comment nous avons conçu l'architecture de la base ARTES (qui est assez complexe), et éventuellement de vous en inspirer pour votre projet. (Je reconnais que les consignes ne sont effectivement pas parfaitement claires.)

  • Par ailleurs, s'il s'agit bien d'un projet terminologique (et non d'un projet de notre choix) que nous devons réaliser, doit-il obligatoirement porter sur le sujet de nos textes de mémoire, ou peut-il porter sur un sujet libre ?

Il est important que le projet porte sur votre texte à traduire afin que ce travail soit orienté vers votre projet de Mémoire de Master. Par contre, pour cet exercice l'évaluation porte surtout sur l'architecture de la base et moins sur la qualité de données enregistrées dans la base, qui elles seront évaluées une fois enregistrées dans la base en ligne, la base ARTES bien évidemment.

  • Enfin, nous souhaiterions que vous nous précisiez la date limite à laquelle nous devons vous envoyer nos projets (il y a plusieurs dates différentes sur les tutoriels et pages de l'Ufr).

C'est encore une fois la date qui apparaît sur ILTS Master 2 - TERMINOLOGIE - Projet Access qui est à retenir pour la remise de la base, soit le 1er déc. 2011.

A propos du traitment terminologique

  • Est-il possible qu'un même terme puisse rentrer à la fois dans la catégorie des synonymes et dans celle des isonymes ? Par exemple, “radiateur” et “chauffage” peuvent-ils être à la fois synonymes et isonymes ?

En principe un terme ne peut être à la fois synonyme et isonyme. Les isonymes sont caractérisés par un hyperonyme commu, et se distinguent entre eux par un ou plusieurs traits distinctifs. Or, les synonymes n'ont pas ce trait distinctif. Toutefois, il arrive que des isonymes puissent être pris pour des synonymes lorsque le trait distinctif n'est pas pertinent pour un point de vue particulier.

  • Comment distingue-t-on les méronymes des co-parties exactement ?

Les co parties sont à l'holonyme ce que les isonymes sont à l'hyperonyme.

  • Que doit-on écrire dans « note linguistique » et dans « note de traduction »?

La note linguistique porte sur tout ce qui concerne le terme en tant que mot - flexion, variation etc. La note de traduction porte sur l'équivalence ou le degré d'équivalence: par exemple 'enduit' a une aire sémantique bien plus vaste que 'spackle' en anglais.

A propos de la réalisation du dictionnaire

  • J'ai pu constater que malheureusement, lorsque l'on fait une relation depuis une fiche A vers une fiche B (hypéronyme ⇒ hyponyme par exemple), rien ne s'inscrit sur la fiche B (et donc, il faut rouvrir à chaque fois la fiche B. Pourtant, il me semblait que cela fonctionnait comme ça il y a un moment…

exactement, les liens génériques et partitifs doivent tous être enregistrés manuellement, mais cela fonctionne pour les liens d'équivalence, de concurrence, et si ma mémoire est bonne, pour les liens indirects, pour lesquels il suffit donc d'enregistrer le liens dans un seul sens, le sens inverse étant pris automatiquement en compte par ARTES

  • Nous sommes plusieurs à avoir un doute sur la date à laquelle nous devons vous rendre un CD contenant nos mémoires : c'est bien en juillet, une fois que nous serons en mesure de rendre toutes les parties du travail ?

oui, vous devez rendre par contre le mémoire de terminologie au format papier et par mail avant (à l'exception du dictionnaire qui est consultable en ligne)

  • quand on donne une définition en FR dans une fiche glossaire, est-ce qu'il faut donner aussi une définition en EN, ou pas besoin ?

il est préférable de le faire, c'est-à-dire si vous avez décidé de définir un terme dans sa longue source, il faudrait aussi définir son équivalent dans la longue cible; mais n'oubliez pas qu'on a dit que vous déciderez vous-même si tel et tel terme de votre texte a besoin d'être défini et accompagné des collocations, ou d'autres informations

  • Concernant le traitement des termes : est-ce que tous les termes apparaissant dans l’arborescence doivent faire l’objet de fiches longues ?

non, car les hyperonymes et les autres termes liés peuvent faire objet d'une fiche “terme seul” et également figurer sur l'arborescence afin de montrer les liens entre les concepts du domaine, par contre vos trente termes traités en fiche longue doivent apparaître sur l'arborescence

  • Est-ce qu’il faut que je sache expliquer en détails les méthodes de préparation des nanoparticules entre autres (par exemple, que la polymérisation micellaire fait intervenir une phase organique contenant des tensio actifs, pour que les monomères diffusent vers les micelles inverses stabilisés) ? Je ne me rends pas bien compte du degré de précision de la présentation.

non, il faut être le plus précis possible mais il faut vulgariser ces connaissances afin de les rendre compréhensibles pour un semi-expert (traducteur)

  • Les termes présents dans l'arborescence doivent-ils tous être cités dans le texte ou s'agit-il d'une arborescence expliquant le domaine dans son ensemble ?

Il s'agit avant toute chose de présenter un domaine, c.-à-d. un ensemble cohérent, et uniquement un aspect du texte à traduire mais si possible son aspect le plus saillant.

  • Faut-il faire une arborescence générale ou plusieurs arborescences présentant les concepts de manière séparée ?

Il s'agirait de faire une seule arborescence mais celle-ci peut être présentée sur plusieurs planches ou pages. Les différents concepts doivent donc être liés dans un schéma général.

  • Si un terme a plusieurs acceptions, comment doit-on procéder pour attribuer deux ou plusieurs définitions à un même terme ?

Dans une fiche d’un terme, on peut facilement enregistrer une ou plusieurs définitions mais il faut que la polysémie en question fonctionne à l’intérieur d’un même domaine. Si le terme existe dans un autre domaine, avec une définition identique, proche, ou différente, il doit faire office d’une nouvelle fiche.

  • Dois-je créer moi-même toutes les définitions ou je peux les copier des sources existantes ?

Les deux démarches sont obligatoire. Vous devez collecter les définitions existantes utiles et rédiger une définition suffisante. Si pour un ou plusieurs terme(s) vous trouvez dans une source une définition suffisante qui vous paraît efficace, vous pouvez la citer, mais pour l'ensemble de vos termes, il faut majoritairement chercher à proposer votre propre défintion dans le domaine précis que vous abordez. Quant à la consigne d'enregistrer plusieurs définitions, elle permet par exemple de pointer à une difficulté de définition d'un terme précis.

  • A ce jour, je n'ai fait aucun commentaire concernant les concurrents ; est-ce nécessaire d'en faire pour chaque concurrent ?

Oui, absolument : le traducteur a besoin de savoir en quoi le concurrent diffère du terme : dénotation, compréhension, combinatoire, connotation et registre, type de locuteur, fréquence, type de discours.

  • Combien de types de fiches différents peut-on spécifier dans la base et lesquels ?

3 types : fiches longues, glossaire, termes seuls

  • Combien de termes doit-on traiter complètement (sous forme de fiches longues) dans le dictionnaire de terminologie ?

60 : 30 en langue source, 30 en langue cible

  • Faut-il mettre un concurrent pour tous les termes des fiches longues ?

pas obligatoirement

  • Que faut-il mettre dans le glossaire de traduction ?

les autres termes du texte

  • Faut-il faire une définition pour les termes du glossaire ?

non, pas obligatoirement

  • Quels sont les champs obligatoires du glossaire ?

langue, catégorie grammaticale, au moins 1 collocation (celle du texte), la /les traductions avec les collocations des traductions

  • Peut-on mettre plusieurs définitions par terme ? Par ex. pour le terme « autonomie » j’ai deux définitions qui se ressemblent (« capacité d'un véhicule à parcourir une distance sans ravitaillement en carburant ni recharge en électricité » et « distance parcourue par un véhicule sans ravitaillement en carburant ni recharge en électricité »), je suppose que je peux les mettre dans la même fiche.

oui, la base permet de mettre plusieurs définitions pour le même terme, mais vous pouvez aussi les fondre en une seule reformulée

  • Quel est le schéma (éléments à combiner) d'une définition canonique ?

hyperonyme+éléments caractéristiques

  • Quelles sont les règles typographiques d'une définition canonique ?

pas de guillemets, de majuscules ni de point

  • Quelles sont les règles rédactionnelles d'une définition canonique ?

homogénéité, non circularité, économie (concision mais que cela reste compréhensible), pas de tournures négatives

  • Peut-il y avoir des définitions non canoniques ?

oui si c’est plus pertinent

  • Comment dire que j'ai utilisé plusieurs sources pour rédiger cette définition ?

dans la note de rédaction, peut-être

  • Comment vérifier que les définitions des isonymes sont cohérentes ?

faire une requête avancée

  • Est-il possible que le premier terme d'une définition ne soit pas l'hyperonyme choisi dans l'onglet des liens génériques ?

ça peut arriver : hyperonyme trop vague, non pertinent, on peut dans ce cas commencer par un adjectif qui qualifie l’hyperonyme et représente donc le caractère spécifique : par exemple, battery : rechargeable electrochemical device ou electrochemical device which is rechargeable.

  • Un terme peut-il avoir plusieurs hyperonymes ?

oui

  • Pourquoi ?

car il est employé dans deux domaines différents ou bien peut être abordé de deux points de vue différents

  • Faut-il mettre une note technique pour toutes les fiches longues ?

non, pas obligatoirement

  • Quelle est la différence entre les notes techniques et les notes grammaticales (dites aussi notes linguistiques) ?

les notes techniques visent à compléter la définition, apporter des précisions, les notes linguistiques portent plutôt sur l’usage, l’emploi du terme dans la langue

  • Dans l'onglet « linguistique », on trouve un champ « famille dérivationnelle » : que faut-il mettre dans ce champ ?

les termes présents dans la base qui sont dérivés ou de la même famille que ce terme

  • Et si le mot que je veux écrire dans ce champ n'est pas dans la liste déroulante, que faut-il faire ?

créer une fiche

  • À quoi cela peut-il servir pour le traducteur ?

Parfois lors de la traduction, on préférera utiliser un substantif plutôt qu’un verbe. Le traducteur dispose d’un éventail de possibilités.

  • Où met-on les collocations de ces mots de la famille dérivationnelle ?

dans la fiche de ces mots

  • Quel est le champ à ne pas oublier quand on saisit un concurrent ?

Le champ “type de lien” (num_type_lien), pour renseigner si c’est un synonyme parfait, une variante orthographique etc.

  • Et quel autre champ faut-il remplir si le concurrent est un quasi synonyme ?

le champ « note » situé à gauche

  • Où met-on les collocations des concurrents ?

dans la fiche du concurrent

  • Faut-il choisir un terme vedette parmi les concurrents ?

Oui (mais ce n’est pas obligatoire : seulement si vous voulez conseillé l’emploi d’un terme, le plus fréquemment employé. D’ailleurs, si le terme vedette est une fiche longue, est-ce qu’on fait une fiche longue pour le concurrent qui n’est pas un terme vedette : non, on fait une fiche courte, terme seul.

  • Qu'est-ce que le statut d'un terme ?

précision permettant de savoir s’il s’agit d’un terme admis, conseillé, à proscrire, etc.

  • Son registre ?

dans quelles circonstances le terme est utilisé (oral, écrit, etc.)

  • Ses restrictions d'emploi ?

s’il s’agit d’un nom de marque

  • Tous les termes des fiches longues doivent-ils être représentés dans les arborescences ?

oui

  • Les représentations de concepts sont-elles toujours hiérarchiques (donc arborescentes) ?

non, par ex. dans le cas des liens indirects (ex : chronologiques, de cause à effet)

  • Peut-on trouver plusieurs fois le même terme dans les schémas et arborescences ?

oui

  • Faut-il tout mettre dans une seule page ?

non

  • La forme des flèches et les couleurs choisies sont-elles contraintes ?

non, mais il faut une légende des formes employées et les mêmes liens doivent être représentés par une même flèche.

  • Un terme a-t-il forcément un hyperonyme ?

Oui mais pas forcément pertinent.

  • Tous les hyperonymes doivent-ils être saisis comme termes dans la base ?

Ce n’est pas nécessaire si le sens de l’hyperonyme est évident pour un non spécialiste.

  • Si on n'a rien d'autre à dire à propos de ces hyperonymes que le fait qu'ils sont… l'hyperonyme d'un terme, quel sera le type de fiche dont ils feront l'objet ?

Fiche terme seul.

  • Si on trouve un holonyme pour un terme peut-on mettre aussi un hyperonyme pour ce terme ?

Oui

  • Si on trouve un holonyme pour un terme doit-on mettre aussi un hyperonyme pour ce terme ?

On doit toujours mettre l’hyperonyme d’un terme tant que celui-ci n’est pas compréhensible d’un non-spécialiste

  • Doit-on mettre tous les liens indirects d'un terme ?

Pas obligatoirement, mais plus il y a de liens, mieux c’est

  • Quelle est la différence entre le sujet du mémoire de traduction et le sujet du mémoire de terminologie ?

Le sujet du mémoire de terminologie est un sous-domaine du mémoire de traduction, il se concentre sur une partie des termes du texte, même si techniquement, tous les termes du texte sont dans la base.

  • Quelle est la différence entre le sujet du mémoire de terminologie et le domaine ?

Le domaine est + général : code documentaire de la CDU

  • Devons-nous bâtir notre base de données terminologiques sur le modèle de BasTeT, ou n'est-elle qu'un exemple et nous devons en créer une différente ?

La base à rendre comme projet Access est un simple projet… Access et ne servira pas à gérer la terminologie du mémoire : vous travaillerez dans une base toute faite dont la structure est strictement la même que celle de BasTeT réalisée sous Access que vous pouvez récupérer à titre d'exemple ou comparaison.

  • Vous avez parlé de 60 fiches terminologiques ; 30 dans chaque langue. Les 30 fiches anglaises, par exemple, doivent-elles être la traduction des 30 fiches françaises ? Ou devons-nous traiter 30 termes en français et 30 termes en anglais qui soient différents ?

Ce n'est pas obligatoire, disons que c'est préférable de travailler sur 30 concepts apparemment proches ou semblables pour étudier les différences de réalisation dans les deux langues.

A propos des arborescences

  • Quels termes doivent-ils figurer dans l'arborescence ?

L'arborescence doit comporter obligatoirement les 20-30 termes sélectionnés pour représenter un micro-domaine en relation avec le texte (et être mis éventuellement en valeur - gras ou rouge - s'il est nécessaire de les distinguer des hyperonymes ou autres termes représentés mais non traités en fiche longue), mais elle en comportera souvent davantage pour permettre l'établissement des liens entre les termes. Ces autres termes sont repérés à l'aide de corpus et peuvent parfois figurer dans votre texte de départ. Cependant, il n'y a aucune obligation pour inclure les autres termes de votre texte dans l'arborescence. L'idée c'est de ne pas chercher l'exhaustivité mais la représentation d'un ensemble notionnel structuré.

  • Faut-il nécessairement inclure tous les hypéronymes d'un terme ou est-ce qu'on peut se contenter de n'en inclure qu'un ou deux ?

Un seul hyperonyme est suffisant. L'idée est de faire un effort de classification dans le but de compréhension d'un domaine de connaissances spécialisées. Sélectionner un hyperonyme pertinent pour rendre le micro-domaine compréhensible et lisible par des non-experts est aussi utile que de chercher l'exhaustivité.

  • Que faut-il obligatoirement noter dans chaque page de schéma/arborescence pour que le lecteur puisse comprendre les liens entre les concepts ?

la légende

  • Quels sont les champs qui dans la base ARTES, donnent les mêmes renseignements que les arborescences? Quels sont les champs qui dans la base, donnent les mêmes renseignements que les schémas non arborescents ?

Les champs de la base donnant les mêmes renseignements que les arborescences sont les champs liens génériques et liens partitifs de l’onglet « relation sémantique », et les champs liens indirects de l'onglet « relations indirectes » qu'inclue la relation d'antonymie. Pour les schémas non arborescents, les champs correspondants dans la base sont les liens de concurrence.

  • Quelle est la procédure à suivre dans le cas où le texte ou le corpus révèlent que les mêmes concepts peuvent recevoir les interprétations différentes selon les auteurs (notamment dans le cas des textes faisant point sur l'état de l'art d'un domaine, cf. review article) ?

C'est un vrai cas épineux. L'arborescence sert à représenter nos connaissances sur le monde. Or si on est dans un domaine ou les connaissances fluctuent et/ou les détenteurs du savoir ne sont pas d'accord entre eux, que ce soit au niveau de l'arborescence ou de la définition des termes, on doit fournir un effort supplémentaire pour représenter ces connaissances. Deux procédures peuvent être mises en place:

1. montrer les différentes acceptions notionnelles d'un concept en proposant deux ou plusieurs vues en arborescences d'une ou plusieurs séries de concepts ⇒ une arborescence dynamique de l'évolution des connaissances
2. faire une analyse du point de vue le plus répandu sur des connaissances en question et représenter uniquement celui-ci ⇒ une arborescence statique de l'état des connaissances

La procédure généralement utilisée est la deuxième.

A propos des soutenances

  • Concernant la pré-soutenance : on nous a dit qu’il fallait parler de notre domaine (en anglais) et le présenter ?

oui, plus exactement c'est l'introduction qui se fait en anglais et elle consiste à introduire votre domaine, vous expliquerez ensuite votre micro-domaine en français en détail à l'aide des arborescences

user/mojca_pecman/terminologie_master_2_pro/terminom2_faq.txt · Dernière modification: 2014/06/24 18:02 (modification externe)